(deux, trois, quatre)
Dans la nuit froide je pleure des larmes de glace
Et pas une lueur d’espoir là où je passe

Les âmes du soir qu’on croise sur les trottoirs sont souvent perdues
Et portent en elles, désirs tordus et idées noires

Comme tous les chats qui traînent sur les boulevards
Je suis seul ce soir, encore déchiré dans cette noyade
Et la nuit еst froide à en crevеr

Papa, maman, j’ai mal je crois que je suis blessé
Sur le bord de la route on m’a laissé traîner
La nuit est sale et ma tête est en pleurs sur le pavé

Pendant la nuit les paradigmes s’effacent
Les masques tombent pour célébrer le néant et la folie
Dans cette énigme qu’on appelle la vie
J’ai envie de courir et de pleurer

(trois, quatre)
Pendant la nuit je ressens la menace
Parmi les ombres je vois les monstres et les rapaces
J’ai dans le ventre une boule qui me stresse, qui me possède et qui m’empêche
De voir clair dans ce monde où tout m’oppresse

Je me consume, j’allume ma propre mèche
Oh la vie est si courte il faut que je me dépêche
Et si je sors c’est pour tout effacer de ma mémoire

J’aurais voulu le calme et éviter les histoires
Et éviter les drames mais il est déjà trop tard
La vie me crame mais dans la nuit je trouve mon heure de gloire

Pendant la nuit les paradigmes s’effacent
Les masques tombent pour célébrer le néant et la folie
Dans cette énigme qu’on appelle la vie
J’ai envie de courir et de pleurer

(deux, trois, quatre)
by Genius